Maintenir le cap sur l’innovation à l’heure du travail hybride

Pour un manager, comment garder l’innovation en ligne de mire quand une partie de ses équipes travaille en présentiel, l’autre depuis chez soi ? Comment faire en sorte que les germes de créativité cultivés avant la pandémie ne fassent pas les frais de la Covid-19 ? innovation travail hybride

Si la situation est inédite, la base de la recette ne change pas : toujours plus de collaboration, de transversalité et de diversité. Briser les silos et vaincre l’entre-soi est cependant plus facile à dire qu’à faire alors que toutes sortes de modes de travail hybrides s’installent et se mettent en place. L’occasion de prendre du recul et d’identifier les tactiques compatibles avec une nouvelle réalité qui mixe présentiel et distanciel.

La communication, rouage central des (nouveaux) modèles managériaux innovation travail hybride

Rien n’interdit de commencer cette prise de recul par une exploration des pratiques managériales émergentes ou expérimentales, et d’y piocher ce qui pourrait s’avérer utile. innovation travail hybride

Ainsi, des organisations progressistes et des chercheurs en management pensent que la clé est d’allier performance économique et épanouissement individuel des collaborateurs. Ces entreprises dites libérées (gouvernance partagée avec les salariés) ou de type opale (organisme vivant sans centre décisionnaire) rejettent le modèle classique de command and control, auxquelles elles reprochent la négation de dimensions humaines telles que la quête de sens et les coûts cachés qui en découlent.

Sans faire table rase de la culture de son entreprise, plusieurs éléments peuvent être retenus de ces sources d’inspiration – d’autant plus qu’elles font aujourd’hui écho aux aspirations exprimées de plus en plus clairement par les collaborateurs : sens, confiance, autonomie. innovation travail hybride

Le constat de départ est que les équipes, nécessairement interdépendantes, doivent pouvoir échanger de manière fluide. Déjà essentielle, la communication devient vitale. Moins pyramidale, elle se fait plus latérale, distribuée, en réseau. L’accent est également mis sur l’importance d’incarner les valeurs de l’entreprise dans des actions concrètes, d’améliorer la qualité de vie au travail et de responsabiliser les équipes pour les embarquer, les fidéliser et stimuler leur créativité.

L’idéation au temps de la Covid-19 : maintenir la collégialité

Responsabilisées et (re)motivées, les équipes doivent pouvoir se retrouver, échanger, laisser les idées fermenter ou les faire jaillir au forceps – en un mot, ouvrir les vannes de l’imagination collective. Car créativité et réflexion de groupe sont intimement liées.

Plus que de brainstorming, il est aujourd’hui question d’idéation, notamment dans le cadre d’une démarche de design thinking. Cette approche, centrée sur l’humain, part de l’observation de l’utilisateur et de la compréhension de ses besoins pour définir le problème et chercher une solution de manière collaborative et itérative. Cela aboutit à la production rapide d’un prototype de produit ou de service, qui est ensuite testé et amélioré autant de fois que nécessaire avant d’être implémenté.

En interne, le design thinking peut aussi s’appliquer à la résolution de problèmes ou à la gestion de projets, par exemple. Plus largement, la méthode contribue à infuser de bonnes pratiques qui favorisent le lien social : ne pas porter de jugement (les bonnes idées peuvent paraître saugrenues de prime abord), se mettre à la place de l’utilisateur (empathie), rester concentrés ensemble sur le problème (esprit d’équipe), expérimenter et s’adapter (résilience).

Avec les modes de travail hybrides, chaque étape doit être repensée pour inclure les membres de l’équipe présents sur site comme ceux qui télé-travaillent. Lors de l’idéation par exemple, les phases de divergence (production d’une profusion d’idées) et de convergence (sélection de quelques-unes) font appel à diverses techniques : remue-méninge, carte mentale, diagramme d’affinité, vote… Une attention permanente doit être portée pour inclure tous les participants.

Malgré les obstacles, il serait dommageable de renoncer à stimuler l’intelligence collective, et avisé d’établir des conditions propices à la créativité dans un environnement mixant présentiel et distanciel. Que l’on se rabatte sur le bon vieux brainstorming ou que l’on se lance dans des méthodes d’idéation plus dans l’air du temps, le maintien de sessions collégiales et collaboratives est une manière efficace de créer, préserver ou relancer une culture de l’innovation dans l’entreprise.