Que ce soit dans notre assiette, dans notre vie personnelle ou encore dans notre routine sportive, le bien-être est omniprésent dans notre quotidien. Le monde du travail n’échappe pas à cette grande tendance du 21ième siècle. Les nouvelles générations portent ce mouvement où la notion d’épanouissement professionnel est essentielle. Mais alors comment atteindre un bien être au travail, un objectif qui semble encore utopique ?

Bien-être au travail, définition de cette tendance

Le bien-être au travail est un objectif à atteindre pour faire de ses salariés des individus intégrés, heureux et épanouis dans leur vie professionnelle. La qualité de vie au travail sera ainsi évaluée par le biais de différents indicateurs tels que l’environnement de travail, la prévention contre les risques psychosociaux, la variété des missions effectuées ou encore l’ambiance générale.

Favoriser ce sentiment de bien-être n’est pas une perte de temps pour les entreprises. Un mal-être au travail aura un réel impact sur la motivation du salarié et par conséquent la productivité de l’entreprise. Sachez, que ce sont 12% de productivité supplémentaire avec des salariés heureux ! Ce gain n’est pas négligeable. En plus de cela, le bien être au travail vous assure une meilleure image de marque employeur, un atout pour recruter de jeunes talents.

Santé au travail, un enjeu essentiel 

Gestes répétitifs, missions peu intéressantes, charges lourdes, positions inconfortables : travailler n'est pas toujours une partie de plaisir. Même si les chiffres tendent à démontrer une baisse de la pénibilité au travail, le stress au travail, de son côté, ne baisse pas et touche une personne sur 2. Parmi ces personnes, 3,2 millions de personnes seraient au bord du burn-out (cabinet Technologia en 2014).

Lutter et prévenir ces risques psychosociaux est ainsi l'un des enjeux des dirigeants et équipes des ressources humaines. Les actions menées semblent satisfaire à 89% les dirigeants tandis que 60% des salariés déplorent un manque d'initiatives (source : Observatoire Entreprise et Santé Viavoice -Harmonie Mutuelle 2017 et 2018). Les divergences entre salariés et dirigeants vont plus loin : la majorité des dirigeants désignent les salariés comme premier responsable de leurs santé au travail tandis que pour les salariés c'est le rôle des dirigeants. 

Des solutions pour être heureux au travail

Le bonheur au travail n'est pas inaccessible. Les managers et DRH doivent fournir les efforts nécessaires pour veiller au bien être de leurs salariés. Voici quelques exemples d'initiatives ayant portées leurs fruits. 

Pensez à intégrer des services.

Salle de détente, des installations pour déjeuner, une crèche, un système de covoiturage interne seront appréciés par vos équipes. En identifiant les besoins de vos employés, vous démontrez votre capacité à comprendre et à agir pour améliorer leurs quotidiens.

Reconnaitre leurs performances de vos salariés.

On pense souvent à faire remarquer ce qui n’est pas bien mais moins souvent les progrès effectués. Un salarié a besoin de se sentir considéré par sa hiérarchie. Cette reconnaissance peut être signifiée par un avantage accordé (jours de congés supplémentaires, prime, augmentation) mais aussi par de gestes simples (félicitation du manager, carte de remerciements). D'autre part, la hiérarchie peut investir dans la formation du salarié afin de lui démontrer sa considération et la place qu'il occupe au sein de l'entreprise. 

Valoriser les salariés.

Il n’est pas rare qu’un salarié se sente lésé par ses supérieurs avec en cause les missions qui lui sont confiées. Donner des tâches répétitives, peu impliquantes a de fortes de chances de démotiver ces salariés et entretenir l’impression de perte son rôle au sein de l’entreprise. En revanche, impliquer le salariés dans des projets plus conséquent lui donnera une meilleure estime de lui-même, ainsi que de sa place au sein de l’entreprise. L’ambition ici est de confier des missions stimulantes pour lui démontrer son utilité.

Améliorer les conditions de travail

L'environnement de travail doit tenir compte de la santé, de la sécurité et du bien être des salariés. Suite à la grande tendance des open-spaces, les dirigeants doivent ainsi poser le pour et le contre de ce type d'espace de travail. Qu'il soit isolé ou partagé, l'environnement de travail doit être pensé pour répondre aux besoin des salariés en faisant de ce lieu un endroit pour travailler dans de bonnes conditions (équipements et outils adaptés au travail confié). En plus de cela, l'installation d'espaces de détente serait un réel atout.

Enfin, la flexibilité des horaires de travail, les temps de pauses ou l'organisation d’événement internes sont indispensables pour contribuer à un équilibre vie personnelle/ vie professionnelle. 

 

Maintenant que la définition du bien être au travail est clarifié, il ne vous reste plus qu'à appliquer ces bonnes pratiques !